Pourquoi Israël a frappé en Syrie

.

 

Le Point.fr - Publié le  - Modifié le 

L'aviation israélienne a attaqué mardi soir, à la frontière syro-libanaise, un convoi d'armes destinées au Hezbollah. Décryptage.

Un chasseur israélien F15 effectue un exercice acrobatique lors d'une cérémonie de remise de diplômes dans la base de Hatzerim, en décembre 2012.

Un chasseur israélien F15 effectue un exercice acrobatique lors d'une cérémonie de remise de diplômes dans la base de Hatzerim, en décembre 2012. © Ariel Schalit / Sipa

Le silence des dirigeants israéliens était assourdissant, jeudi matin, alors que les plus grands journaux du pays titraient sur les informations, en provenance de l'étranger, faisant état d'une frappe aérienne israélienne, mardi soir, en territoire syrien. Ainsi, lorsqu'il a été interrogé par la radio publique jeudi matin, le ministre israélien des Finances Youval Steinitz, membre du cabinet de sécurité, s'est borné à affirmer qu'il se tenait au courant "par les médias". "Autrement dit : pas de commentaire", a-t-il ajouté.

Le responsable a pris soin de ne pas démentir. Et pour cause, telle est la consigne officielle au lendemain de chaque attaque-surprise menée par l'État hébreu à l'étranger. En 2007, ce même silence était de mise après l'attaque aérienne, attribuée à Israël, contre un réacteur nucléaire construit par la Corée du Nord dans le nord de laSyrie. Même scénario fin octobre 2012, après que Tsahal a bombardé une usine militaire au Soudan, qu'elle soupçonnait de renfermer des armes de contrebande à destination de Gaza. Une exception notable cependant lors de l'opération "Pilier de défense" contre le Hamas, en novembre de la même année. À cette occasion, l'armée israélienne twittait à tout-va la liste de ses frappes contre les groupes islamistes de l'enclave palestinienne. 

"Censure militaire"

"C'est la censure militaire qui n'autorise pas la publication d'informations par la presse israélienne", explique au Point.fr Ely Karmon, chercheur en problématique stratégique et en contre-terrorisme au Centre interdisciplinaire d'Herzliya (Israël)."Cette stratégie n'a rien d'étonnant, ajoute-t-il. Il est important pour Israël de ne pas envenimer la situation en provoquant une mini-guerre." Cette fois, c'est de Damas qu'est venue l'alerte. 

L'armée syrienne a indiqué mercredi soir qu'un "avion de combat israélien a violé (notre) espace aérien à l'aube et a directement bombardé un centre de recherche sur l'amélioration de la résistance et l'auto-défense dans la région de Jomrayah dans la province de Damas", selon un communiqué publié par l'agence officielle Sana.Les Forces syriennes font état de deux employés tués et de cinq blessés dans ce centre, qui a subi "d'importants dégâts", et dont le "bâtiment a été partiellement détruit". 

Des armes pour le Hezbollah

Cette attaque prouve "désormais à tous qu'Israël est le moteur, le bénéficiaire et parfois l'acteur des actes terroristes visant la Syrie et son peuple résistant, en coordination avec les pays soutenant le terrorisme, dirigés par la Turquie et le Qatar", poursuit l'armée. Le communiqué explique en outre que "les avions de combat israéliens ont pénétré (en Syrie) en volant en dessous de la hauteur détectée par les radars". L'information d'une attaque en Syrie a été confirmée peu après par le New York Times. 

Citant des responsables américains, le quotidien affirme que la cible n'était autre qu'un convoi transportant des armes sophistiquées dans la banlieue de Damas. Son destinataire : le Hezbollah libanais. D'après d'autres officiels américains, cités par Associated Press, la cargaison comportait des missiles antiaériens russes de type SA-17. Des armes qui, aux mains du mouvement islamiste chiite libanais, pourraient "changer la donne" stratégiquement dans le conflit qui l'oppose à Israël. "Des missiles de longue et moyenne portée pourraient hypothéquer la maîtrise du ciel libanais par Tsahal, ce que ne peut se permettre l'État hébreu", explique David Rigoulet-Roze, chercheur à l'Institut français d'analyse stratégique (Ifas).

Washington et Moscou au courant

Ainsi, ce spécialiste estime que l'attaque israélienne en Syrie "n'a rien d'étonnant". "L'État hébreu a annoncé à plusieurs reprises en 2012 qu'il n'hésiterait pas à intervenir au moindre doute d'un transfert d'armes chimiques, mais aussi conventionnelles de haute technologie, vers le Liban", rappelle David Rigoulet-Roze. "Le centre de recherche évoqué par Damas est depuis longtemps dans le collimateur des Israéliens, qui le soupçonnent de servir au développement d'armes de destruction massive susceptibles d'être transférées à un tiers", ajoute le spécialiste. 

Ainsi, l'attaque israélienne était attendue, comme le suggère la visite récente de deux émissaires israéliens à Washington et à Moscou. Le chef du renseignement militaire, le général Aviv Kochavi, se trouve actuellement aux États-Unis où il a notamment rencontré le plus haut gradé américain, le général Martin Dempsey. De son côté, le chef du Conseil de sécurité nationale d'Israël, Yaakov Amidror, s'est rendu lundi en Russie pour convaincre le Kremlin d'empêcher que les armes chimiques syriennes ne se retrouvent entre les mains de groupes rebelles.

Ligne rouge d'Israël

La semaine dernière, le cabinet de sécurité israélien, composé des neuf principaux ministres du pays, ainsi que des chefs de l'armée et des renseignements, s'est réuni à deux reprises mercredi et dimanche, pour discuter d'une attaque préventive en Syrie. "Pour Israël, la ligne rouge a été franchie", souligne David Rigoulet-Roze. "Si le risque de voir des rebelles syriens se doter d'armes chimiques est pris très au sérieux, les Israéliens jugent plus immédiate la menace liée au risque que le Hezbollah, leur ennemi déclaré, mette la main sur des armes sophistiquées."

Réagissant à son tour à l'attaque israélienne, le Parti de Dieu a estimé jeudi qu'Israël venait de montrer au grand jour les origines de la crise syrienne, à savoir "les objectifs criminels israéliens visant à détruire la Syrie et son armée". Le Hezbollah en a profité pour rappeler son "entière solidarité avec la Syrie, sa direction, son armée et son peuple". Pour l'allié de Damas, qui partage le pouvoir à Beyrouth, cette attaque démontre la volonté d'Israël d'empêcher "les forces arabes et musulmanes de renforcer leurs capacités militaires et technologiques".

Ligne rouge de l'Iran

Une riposte militaire est-elle envisageable ? Non, selon le chercheur israélien Ely Karmon. "Le calcul des Israéliens est que ni Damas ni le Hezbollah n'ont intérêt à des représailles." "Le régime de Bachar el-Assad, ébranlé de l'intérieur, n'est pas en mesure de répliquer de façon efficace, d'autant plus que l'ouverture d'un front avec Israël affaiblirait ses positions face aux rebelles. Quant au Hezbollah, il voit dans la situation délicate du régime syrien une des dernières occasions de mettre la main sur ses armes pour se renforcer dans le cadre libanais." 

Toute décision du mouvement chiite, en tout cas sur la scène régionale, semble aujourd'hui suspendue au bon vouloir de son mentor iranien. Justement, le conseiller du Guide suprême iranien, Ali Akbar Velayati, a déclaré samedi que "le maintien au pouvoir du président Assad était la ligne rouge de l'Iran", et que la République islamique le soutiendrait "jusqu'au bout", pour le maintien de la "position de la Résistance, face aux menaces du régime sioniste". Pour parer à toute attaque, l'État hébreu a d'ores et déjà déployé deux batteries antimissiles Iron Dome près de la frontière libanaise. 

Click here to find out more!
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site