agriculture irriguée au Sénégal

.

Agriculture irriguée : Un programme de six milliards pour la zone centre

Jeudi, 22 Septembre 2011 08:33

 

Le gouvernement du Sénégal est en train de multiplier les initiatives pour renforcer les cultures irriguées dans les zones de production. Un projet tripartite (Italie, Sénégal et l’Etat d’Israël), d’environ 6 milliards de francs Cfa est ainsi annoncé dans la zone centre sur le modèle Tipa du goutte à goutte.

Dans sa volonté de développer davantage l’agriculture irriguée dans les zones arides, le Sénégal a décidé de mettre à contribution la coopération internationale, en particulier le modèle israélien de culture irriguée (Tipa) pour offrir de réelles opportunités aux producteurs vivant dans les zones arides. Le ministre de l’Agriculture, Khadim Guèye, qui présidait, hier, l’ouverture du séminaire de sensibilisation et de formation sur le modèle Tipa, organisé par l’ambassade d’Israël au Sénégal, a annoncé la mise en œuvre, dans les trois prochaines années, d’un important projet de culture irriguée. Il est basé sur le modèle Tipa de la goutte à goutte dans les régions de Diourbel, Fatick et Thiès. Ce projet d’un montant estimé à 10 millions de dollars soit environ 6 milliards de francs Cfa, a pour objectif de développer, par le système goutte à goutte, l’horticulture, le maraîchage, à travers l’amélioration des capacités techniques et entrepreneuriales des agriculteurs dans cette partie centre du Sénégal.

Mis en œuvre grâce à un partenariat tripartite développé par le Sénégal, l’Italie et l’Etat d’Israël, ce projet dont la convention de financement a été déjà bouclée, pourrait ainsi révolutionner la production agricole en zone aride ou semi aride, indique l’ambassadeur d’Israël au Sénégal, le Dr. Eli Ben Tura.

Durant ces trois prochaines années, les producteurs pourront ainsi bénéficier des fermes maraîchères de petites dimensions sur des superficies allant de 500 m2 à 1 hectare. Un modèle qui, selon Khadim Guèye, convient parfaitement aux réalités de cette zone, en ce sens qu’il permettra aux producteurs de faire des économies en main d’œuvre et en eau mais également de booster les rendements par rapport au système traditionnel d’arrosage. D’autres projets du genre sont également annoncés à travers le pays pour améliorer les rendements et contribuer à la maîtrise de l’eau dans la production agricole et faire de notre agriculture, un facteur de croissance et de développement durable.

Seydou Prosper SADIO

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×